Nous avons interrogé Julien Benhaim, l'un des joueurs les plus en vue du Sporting depuis le début de saison. Malgré la relégation en National 3, il a choisi de rester dans son club de coeur, où il évolue depuis l'âge de 8 ans. « Je ne pouvais pas partir en sachant que je pouvais encore faire quelque chose pour le sauver ». Le milieu bastiais évoque la période compliquée cet été et son début de saison avec le SCB. 

benhaim

 

Spiritu-Turchinu : Bonjour Julien. Est-ce que tu peux te présenter rapidement pour ceux qui ne te connaissent toujours pas ?

Julien Benhaim : Bonjour ! Je m’appelle Julien Benhaim, j’ai 21 ans et je joue milieu de terrain au Sporting Club de Bastia. Je suis au club depuis l’âge de 8 ans. J’y ai fait toutes mes classes, de poussin à la CFA 2 avant de partir en prêt l’hiver dernier en Andorre pour 6 mois.

 

ST : Avant de partir pour Andorre, tu avais signé ton premier contrat pro dans ton club formateur en Janvier 2016 sans pour autant avoir ta chance avec l’effectif professionnel. Cet été, tu es revenu dans un Sporting qui était sur le point de disparaître. Comment s’est passé ton retour et pourquoi avoir fait le choix de rester alors que tu aurais sûrement pu prétendre « à mieux » ?

JB : Mon retour s’est relativement bien passé malgré les problèmes survenus suite à la relégation. L’effectif a dû faire face à de nombreux départs entre les fins de prêts et les joueurs ayant décidé de quitter le club suite à la rétrogradation et j’ai donc dû me faire une place au sein de ce groupe. Néanmoins, le choix de rester ne s’est pas fait immédiatement. C’est vrai qu’au début je n’avais absolument pas envie de partir car j’aime le club et j’y croyais énormément mais je me suis posé beaucoup de questions quant à mon avenir en Corse, surtout après le match amical contre l’Étoile. Finalement le club a été repris et, après avoir discuté avec le coach, je n’ai pas hésité une seule seconde à prolonger mon aventure. C’est comme ça, c’est mon club, je l’aime et je ne pouvais pas partir en sachant que je pouvais encore faire quelque chose pour le sauver.

 

ST : Pendant cette période, avais-tu des contacts avec d’autres clubs ?

JB : Oui j’avais des contacts, notamment en Andorre où les principaux clubs voulaient me récupérer mais je n’étais pas intéressé. J’ai également eu quelques discussions avec des bons clubs en Espagne et surtout avec le club de Melilla (3ème division espagnole, ndlr). Ils n’ont pas arrêté de me suivre et de prendre de mes nouvelles mais aujourd’hui on connaît mon choix.

 

ST : Ta prolongation s’est avérée positive pour nous, supporters, puisque tu réalises de très bonnes prestations depuis le début de la saison. Tu es aussi l’auteur d’un joli nombre de passes décisives et d’un magnifique but contre le Cannet. Comment juges-tu personnellement ton début de saison ?

JB : Honnêtement je ne suis pas quelqu’un qui aime parler de lui-même. Après oui, je suis assez satisfait car le début de saison se passe plutôt bien pour moi. J’évolue au sein d’un très bon groupe, j’enchaine les matchs, le staff effectue un excellent travail et l’ambiance à Furiani est magnifique et c’est ça aujourd’hui ma vraie satisfaction du début de saison. Néanmoins, je sais que personnellement je suis capable de mieux, à la fois dans les stats et dans le jeu, et que je dois continuer à travailler.

 

ST : Aujourd’hui, comme tu l’as dit, tu enchaînes les matchs. Tu es devenu un membre important de l’équipe première et un des chouchous de Furiani. Qu’est-ce que ça te fait de jouer tes matchs à Furiani en National 3, une catégorie dans laquelle tu as déjà joué mais dans un stade que tu n’as jamais connu avec l’équipe première, devant autant de monde ? Est-ce que ça te met la pression, ça te motive ou c’est un mélange des deux ?

JB : Jouer avec l’équipe première du Sporting c’est un rêve qui se réalise. Certes, c’est en CFA2 mais cela ne change pas grand-chose pour moi. C’est toujours le maillot du Sporting, c’est toujours Armand-Cesari et les supporters répondent toujours présents. Quand tu es habitué à jouer devant 50 ou 100 personnes et que là il y a 4000 à 5000 personnes en moyenne qui viennent te voir jouer, c’est forcément différent. Cela fait beaucoup de bien, on se sent vraiment chez nous et cela fait une grosse différence entre les matchs que tu joues à domicile et ceux que tu joues à l’extérieur.

Personnellement cela ne me met pas du tout la pression. Au contraire, ça me procure beaucoup de bonheur. Jouer devant autant de personnes c’est beau. En tant que footballeur, si tu n’aimes pas ça tu dois changer de sport. C’est une énorme source de motivation et quand on est fatigués ou quand on a le ballon, c’est une vraie bouffée d’oxygène pour nous.

 

ST : Au niveau du club, le Sporting fait un bon début de saison avec 13 points au compteur en 7 matchs, à 3 points de la première et seule place qualificative pour le National 2. Penses-tu que le groupe est assez fort pour monter dès cette année ?

JB : Au vu de la progression, surtout en si peu de temps, oui. D’ailleurs, il n’y a rien d’autre dans nos têtes que la montée. On sait qu’on a la qualité pour le faire, on s’en donne les moyens et je pense que le groupe est assez fort techniquement et mentalement pour monter dès cette année.

 

ST : Pour finir, qu’est-ce qu’on peut te souhaiter cette année, à part la montée bien évidemment ?

JB : De continuer sur ma lancée et, bien évidemment, de finir champion.

 

ST : On te le souhaite aussi ! Merci beaucoup pour ta disponibilité Julien et bonne continuation !

 

Propos recueillis par Thomas Annoot

Vous pourriez aimer...

Fil Info