Yannick Cahuzac évoque dans France Football comment il continue de suivre le Sporting depuis son départ à Toulouse cet été. Et confie vouloir revenir un jour au club.

cahuzac

« J’étais connecté à sa page Facebook pour suivre les débuts en Coupe de France à Propriano (3-0). Je vois tout ça de loin maintenant, mais avec le cœur d’un supporter. Quand, comme moi, on a eu une histoire avec Bastia, on ne peut pas l’ignorer. J’ai passé dix-sept ans au Sporting, dont douze chez les pros. Ce club est ancré en moi. (J’aurais pu rester ?) Si le club était seulement descendu en L2, oui. Après, c’était dur... »

« J’ai connu beaucoup de choses à Bastia, mais le pire a été atteint cet été. Il y avait déjà eu des histoires. On avait écopé mais, à chaque fois, on nous avait permis de repartir en pros. Là, le Sporting chute tout en bas de l’échelle des amateurs au niveau national. C’est affreux pour une telle institution. Mais, à un moment, le club a été encore plus dans la tombe. Là, il reste de la vie, un club. Il n’est pas mort. »

« (Soutenez-vous les repreneurs ?) Je les félicite, surtout ! Ils essayent de faire revivre tout ça. Ils ont du courage. La situation est très compliquée. Ils ont sauvé plus qu’un club, une partie du patrimoine corse. J’ai participé à la démarche des socios. C’est une action à la fois financière et symbolique.

« À trente-deux ans, j’ai signé à Toulouse pour deux saisons. Mon histoire avec le Sporting n’est pas finie. Je reviendrai un jour, peut-être comme joueur, dirigeant ou éducateur. Avec mon vécu, je veux encore apporter à ce club.»

Vous pourriez aimer...

Fil Info