Abdeslam Ouaddou, victime d'insultes racistes à Metz en 2008, estime que la sanction de la Commission de discipline envers Bastia, dans le cadre de l'affaire Balotelli, n'est « pas assez radicale ».

ouaddou

« Les sanctions ne sont pas assez radicales pour lutter contre ce problème, a-t-il déclaré aujourd'hui à France-Info. Pour moi, le club est responsable de ses supporters. D'autant plus qu’il y a un historique pour ce club de Bastia (référence aux affaires Chimbonda et Kébé, ndlr). C’est léger, et on sera malheureusement amenés à subir ce genre de problèmes à l’avenir. La famille du football doit aujourd’hui se réveiller pour lutter radicalement contre ce problème. Quand on entend ce genre d'ignominie à l'encontre d'un coéquipier, les joueurs doivent dire : "Stop, on sort du terrain, on ne joue pas". »

Pour rappel, le Sporting Club de Bastia avait interdit de stade le supporter ayant proféré des cris à connotation raciste à l'encontre de Mario Balotelli et avait saisi le préfet de Haute-Corse d’une procédure administrative d’interdiction de stade.

Articles similaires

Fil Info

Classement