Jérôme Rothen

Dans l’émission Le Vestiaire sur SFR Sport, l’ancien Bastiais Jérôme Rothen est longuement revenu sur son passage au Sporting, en livrant notamment une anecdote cocasse sur son premier entraînement à Bastia, avec un short de l’équipe de France...

« On s’entraînait très tôt le matin en été et assez tard le soir pour éviter les grosses chaleurs. Le matin les mecs arrivaient en claquettes et short. Le premier jour je mets un short de l’équipe de France, et Jo Bonavita me dit : « tu rentre pas avec ça ». Je croyais qu’il rigolait, et il me répète : « non tu ne rentres pas avec le short de l’équipe de France ». J’ai répondu que j’étais fier d’être Français et il m’a dit « ici c’est la Corse », etc. Je suis quand même rentré, mais je suis reparti en slip, après l’entraînement il n’y avait plus le short, ils l’avaient brûlé. Mais après ça s’est bien passé, ça a été une histoire d’amour avec eux. »

 

"En France, il n’y a pas un tel contexte"

Rothen a également évoqué la passion des supporters turchini et garde d’excellents souvenirs de ses années bastiaises.

« Il y a une vraie passion en Corse, une communion avec les gens. J’ai été surpris en arrivant à Bastia de sentir ça. Les gens venaient de toute la Corse, pas seulement de Bastia. C’est un cadre fantastique, j’avais besoin de ça, de retrouver un club ambitieux. En plus on était au-dessus de toutes les équipes en Ligue 2. Il y avait une vraie communion avec le public, le stade était plein tout le temps. Les gens se sont éclatés. Quand on a validé la montée en Ligue 1, il y a eu un défilé dans la ville, j’avais l’impression d’être champion d’Europe. C’était incroyable. L’ambiance était exceptionnelle. J’ai toujours eu besoin de ça. Il y a une vraie communion. Quand tu gagnes les matchs, tu fais un tour d’honneur, les gens sont debout, ils chantent avec toi. C’est pour ça que le contexte est compliqué pour les équipes adverses. Elles sont surprises parce qu’en France, il n’y a pas un tel contexte. »

 

Vous pourriez aimer...

Fil Info