Jean-Louis Leca brandit le drapeau corse après la victoire du Sporting à Nice. Photo: Panoramic

La cabale médiatique bat son plein pour imputer la cause de l’envahissement du terrain de l’Allianz-Riviera à Jean-Louis Leca, « coupable » d’avoir brandi... un drapeau corse sur la pelouse pour fêter la victoire de son club !

Brandir le drapeau corse serait donc un crime et une provocation inacceptable, comme l’a expliqué Christian Estrosi : « Je condamne naturellement toutes formes de violences. Néanmoins, je considère que la première violence, c'est la provocation. Ce soir, c'est cette provocation qui a malheureusement conduit à ce que des stadiers, qui ne font qu'accomplir leur métier, soient blessés. [...] Je souhaite que la provocation dont a fait preuve un membre du club de Bastia soit sanctionnée par les autorités du football ».

Au bon souvenir de son arrêté contre les drapeaux étrangers pendant la Coupe du monde, le maire niçois demande des sanctions à l’encontre de Jean-Louis Leca. Après avoir réclamé la tête du préfet des Alpes-Maritimes, Christian Estrosi demandera-t-il celle de Jean-Louis Leca sur un plateau ?

Même mauvaise foi caractérisée de la part de Jean-Pierre Rivière, le président de l’OGC Nice, qui a ainsi réagit : « Bien entendu, on ne peut que déplorer qu’il y ait eu un envahissement de terrain, mais les images de ce qui s’est passé auparavant sont là. Il n'y avait pas matière à ça avant. On verra comment les responsabilités seront analysées ».

Cela tombe bien car les images de l’envahissement de la pelouse sont aussi bien là. Mais de tels agissements sont bien dérisoires face au fait de faire flotter le drapeau à la tête de Maure, non ?

Mais la palme revient sans doute à Didier Digard, qui non content de charger Jean-Louis Leca « l’éternel remplaçant », a prôné l’exemplarité des supporters niçois (!).

Jean-Louis Leca brandit le drapeau corse après la victoire du Sporting à Nice.

 

Geronimi : "Si on avait vu ce qui s’est passé ici ce soir à Furiani..."

Des réactions ubuesques auxquelles n’a pas manqué de répondre Pierre-Marie Geronimi : « Mais si on avait vu ce qui s’est passé ici ce soir à Furiani, on en aurait déjà parlé dans les ministères... Est-ce que montrer le drapeau d’un pays ou d’un club ou d’une région est une insulte envers quelqu’un ? »

En effet, on n’ose imaginer les proportions qu’aurait engendré un envahissement de terrain à Furiani... Quand on sait que le Sporting avait été sanctionné de plusieurs suspensions de terrain ferme, suite notamment à des faits survenus en dehors du stade lors du huis clos contre l’OM en 2012/13.

On attend également la réaction de Frédéric Thiriez, d’ordinaire si prompt à réagir lorsque cela concerne le SCB. La LFP appliquera-t-elle une sanction à la hauteur des incidents, ou fera-t-elle preuve de mansuétude face à la montée au créneau d’Estrosi et consorts, couplée à une complaisance dans la minimisation des faits ?

Quoi qu’il en soit, merci Jean-Louis pour ce beau moment, qui aura permis un regain de solidarité dans l’adversité. Jean-Louis et la bandera, l’évènement fondateur du Sporting 2014/2015 ? Forza Bastia !

Vous pourriez aimer...

Fil Info