Auteur d'un bon début de saison avec un but contre Valenciennes (1ère journée) et deux passes décisives face à Troyes (3e journée), Dimitri Liénard a marqué le pas depuis septembre, à l'image de l'équipe, qui reste sur trois défaites de rang.

Dimitri Liénard | Crédit : Icon Sport

"Même si c'est difficile, il faut que je tourne la page strasbourgeoise, confie-t-il à L'Equipe. Tout change pour moi à Bastia. Mais j'y ai également découvert des gens extraordinaires qui me donnent tout.

Je ne suis pas venu en mercenaire. La mer, le soleil, je m'en fous ! Si je suis exigeant avec moi, je veux l'être avec les autres. Le haut niveau ne laisse rien au hasard. Je l'ai compris en montant toutes les étapes du monde amateur à l'Europe. Le Sporting reste un club historique qui repart de très loin mais qui peut retrouver la L1. Un peu comme on l'a fait avec Strasbourg. Je suis là pour ça."

Selon le quotidien L'Equipe, des tensions seraient apparues entre Dimitri Liénard et Régis Brouard après la défaite contre Laval (0-3) à Furiani. Ainsi que des discussions avec Claude Ferrandi.

"Dimitri est un garçon charmant, un affectif, mais qui ramène souvent beaucoup les choses à lui, indique Brouard à L'Equipe. Il faut qu'il intègre encore mieux notre environnement. On ne lui a rien caché quand il a signé. Il doit s'adapter à la situation comme les autres joueurs. J'attends plus de sérénité, qu'il ne soit pas uniquement dans sa logique mais aussi celle du vestiaire."

 

Liénard : "Revivre ça, rejouer contre des champions du monde"

"Si j'ai signé pour deux ans avec une saison en option, c'est pour revivre ça (la L1), rejouer contre des champions du monde comme Mbappé, Hernandez ou Dembélé, explique Liénard à L'Equipe. Je suis à Bastia pour la ferveur de ce club. J'ai rejeté certaines offres car ça ne m'intéressait pas de jouer devant 3000 personnes. J'aurais aussi pu prendre ma reconversion à Strasbourg. Mais je voulais voir ce que j'avais encore dans le bide !"