Le capitaine bastiais Yannick Cahuzac et Wahbi Khazri évoquent dans Corse-Matin le match de ce soir contre Sochaux, à l'occasion des 32e de finale de Coupe de France. Un parfum de Ligue 1 planera ce soir au stade Armand Cesari, où le Sporting entend bien poursuivre l'aventure en Coupe.

Cahuzac : « Cette fois on joue chez nous, enfin ! La petite escapade en Balagne et le match amical contre Lyon ont été un plus dans la préparation. Physiquement on était encore un petit peu courts mais on a produit du jeu et on s’est créé des occasions. Je pense qu’on a livré un match correct face à des joueurs habitués au plus haut niveau. En tout cas l’expérience a été enrichissante. Et on est prêts à relever le défi devant Sochaux.

D’abord, on va bien se concentrer sur la Coupe où l’on a l’ambition d’aller le plus loin. Le championnat, on recommencera à y penser dimanche matin. Mais c’est vrai que les premiers matchs de début d’année, avec en janvier Clermont, la réception du Havre, puis en février la venue de Troyes avant de jouer à Monaco, seront déterminants. Si on négocie bien cette période, tous les espoirs seront permis. Dans le cas contraire, on risque de rentrer dans les rangs et après c’est toujours très difficile d’en sortir. »

Khazri : « Ce soir, il faudra réitérer cette performance (victoire à Sochaux en Coupe de la Ligue la saison passée, ndlr). Etre sérieux, concentrés, solides en défense et offensivement ne pas gâcher comme nous avons trop tendance à le faire. Je pense que si nous nous qualifions, cela lancera notre année 2012 et nous permettra d’enchaîner face à nos adversaires directs en janvier.

A nous de ne pas être ridicule ce soir. Nous avons le potentiel pour les bouger et se qualifier ! Nous avons la chance d’être en haut du classement de Ligue 2 et de jouer une Ligue 1 en Coupe. Il faut donc tout donner sur les deux tableaux. Pour le club, pour nous mais également pour notre public, qui mérite de vivre des soirées de gala comme celle-là. Il y aura un stade plein derrière nous, il ne faudra pas le décevoir. Nous devons nous transcender et sortir « chiffon » de cette rencontre. [...] Nous avons un exploit à aller chercher et chacun sait ce qu’il a à faire. »

Fil Info