Yves Pianelli, actuel président de l’association Sporting Club de Bastia, annonçait hier dans Corse-Matin un déficit de 300 000 € pour l’association. Or, le quotidien affirme aujourd’hui que le déficit est estimé en réalité à... 1,2 M€ ! On est donc très loin de l’équilibre annoncé par les dirigeants aux Socios le 4 août. Ce qui fait courir le risque d'une rétrogradation en Régional 2.

logo scb

En plus de la dette fournisseurs (300 000 €), s’ajouterait 150 000 € dus à l’Urssaf et 750 000 € qui n’auraient pas été versés par la SASP (Société anonyme sportive professionnelle). Sachant que cette dernière devrait déposer le bilan très prochainement en raison des dettes colossales accumulées au fil des ans.

Si ce déficit de 1,2 M€ n'est pas comblé, le Sporting risquerait l'exclusion de toutes les compétitions nationales et une rétrogradation en Régional 2 (7e division).

Corse-Matin évoque également des « découvertes ahurissantes » des repreneurs : « Au-delà des dettes, nous avons fait des découvertes ahurissantes. Les dirigeants ont annoncé qu’il y avait 8 personnes salariées à l’association. Elles sont en réalité 18. »

Certains candidats à la reprise seraient refroidis. Les dix repreneurs comptaient investir 1 M€ pour bâtir un budget de National 3 selon le quotidien. Or, ce montant servirait principalement à équilibrer les comptes de l’association... L’audit de cette dernière sera terminé aujourd’hui. On devrait donc en savoir plus dans la journée.

Par ailleurs, le centre d’entraînement de Borgo est inscrit dans les actifs de la SASP. En d’autres termes, il n’appartient pas à l’association et servira à payer des cotisations sociales et fiscales...

Enfin, la pelouse du stade Armand-Cesari, dans un piteux état, devra être remise en état pour être opérationnelle. Avec des travaux de réfection estimés à 500 000 € par la Communauté d’agglomération bastiaise, propriétaire du stade.

Articles similaires

Fil Info

Classement