Leca

Hier en conférence de presse, Jean-Louis Leca a salué le soutien des supporters dans la quête du maintien et demande « d’avancer tous ensemble » pour sauver le Sporting.

« Le fait de savoir nos supporters à fond derrière nous pour l’opération maintien, ça fait plaisir. On les remercie d’être venus nous apporter leur soutien (lundi). On sait que le Sporting est très important en Corse, que beaucoup de gens vivent très mal la situation. Le groupe a une forte envie de tout donner pour sortir le club de là. On va s’en sortir tous ensemble. Depuis 4 ans je vois le stade se vider. Aujourd’hui il ne faut pas tirer sur l’ambulance, c’est-à-dire sur le Sporting Club de Bastia. Les joueurs, les dirigeants, les supporters, faisons tout pour sauver le Sporting Club de Bastia.

On est conscient qu’il nous manque quelque chose. Il va falloir combler ce manque par plus de travail, de professionnalisme, plus de convivialité entre nous et envers nos supporters et dirigeants. Ça ne sert à rien d’avoir la pression. Ce ne sont pas ces 3 points qui vont faire qu’on sera sauvé. Il reste 15 matchs, il ne faut pas tout mettre sur le match de Nantes. A nous de mettre les ingrédients pour gagner le match, à nos supporters de nous pousser pour marquer ou conserver un résultat. Si chacun emmène un petit plus, le Sporting s’en sortira.

Je ne suis pas inquiet dans la mesure où l’équipe produit du jeu et se crée des occasions. Si je fais un bilan, hormis le match de Monaco, quelle équipe nous a mis en difficulté ? Moi je n’en vois pas. Avec plus de réussite, on aurait mené 3-1 contre Caen à la mi-temps, on aurait gagné 4-0 contre Dijon, et on aurait fait 1-1 contre Monaco et Saint-Etienne. Je suis persuadé que si on avait eu toutes nos forces vives, les matchs n’auraient pas été les mêmes.

Le groupe est déterminé, personne ne triche à l’entraînement. Il faut un peu plus de tout dans tous les domaines et ça basculera de notre côté. Si on enlève un pied d’une chaise, elle tombe. Le Sporting s’en est toujours sorti grâce à sa solidarité. Quand on est descendu (en 2005), je sais comment ça s’est passé : ça s’est désuni totalement. Le plus important, ce qu’on a en commun, c’est le Sporting. Soit on se fait la guerre et le Sporting descendra en Ligue 2, soit on avance ensemble et au mois de juin, chacun prendra ses responsabilités. »

Vous pourriez aimer...

Fil Info