leca-drapeauPour une fois, et je pense que cela sera la seule fois de ma vie de Turchinu, je vais essayer d’être le plus objectif possible, je vais me forcer, ça va m’embêter au plus haut point, mais je vais essayer…

Pas besoin de rappeler le contexte, les Niçois ne nous aiment pas et que nous leur rendons bien. Depuis notre retour en Ligue 1, nous n’avons pas la possibilité de nous rendre de manière officielle à ce « derby » (pareil pour les Niçois à Bastia). Pour un supporter de Bastia sur le continent comme moi, je peux vous dire que c’est triste, chanter et encourager son équipe en déplacement est quelque chose de plus en plus compliqué dans ce pays où l’on cherche le risque 0  - en utilisant des méthodes absurdes et inadéquates – pour au final ne pas y arriver, en atteste le match de samedi.

Pour rentrer dans le vif du sujet, notons tout d’abord que le staff bastiais avait préparé une superbe réponse ironique au premier arrêté préfectoral, interdisant « tout objet ou vêtement à l’effigie de la Corse », en barrant en rouge, la Testa Mora qui ornait les maillots d’entrainement.

maillot-entrainement-nice

 

Pour information, l’Etat a été condamné à verser 500 euros au SCB et la préfecture des Alpes-Maritimes a modifié son arrêté en supprimant cette partie jugée liberticide. C’est la seconde fois cette saison qu’un arrêté préfectoral est modifié à l’encontre du Sporting (5ème journée contre Lens : l’arrêté mentionnait que tous les supporters bastiais étaient considérés violents). Avant le match, les joueurs bastiais ont même posé pour la traditionnelle photo avec le drapeau corse (jusque-là aucun problème). Les joueurs ont ensuite accroché ce même drapeau sur le banc de touche visiteur, on pourrait penser que c’est une provocation, non ? Vu qu’on n’est plus censé être fier de l’origine de son club à Bastia…

Le Sporting pose avec le drapeau corse avant le match à Nice.

Le match en lui-même… Etait-il était moins « violent » qu’à l’accoutumée ? Je n’engage que moi en disant oui. Même si Diakité nous a régalé – oui un supporter bastiais aime le football, mais il adore les tacles à la gorge aussi ! Après plusieurs matches où les joueurs passaient complètement à côté, je les ai trouvés très solidaires, nous avons été bougés tout le match, mais nous avons tenu. Cela faisait 20 ans… 20 ans que nous attendions cela, une victoire chez l’ennemi, qui plus est dans une période difficile sportivement pour le Sporting.

Fin du match, moi qui ne pouvais être en parcage visiteur – car interdit de stade puisque je supporte mon équipe – je jubile ! Et là, Jean-Louis Leca décroche le drapeau du banc de touche, s’en va vers le rond central – là où se trouvent d’autres joueurs corses – pour communier avec eux… Digard n’appréciant que moyennement, juge opportun de s’expliquer avec notre gardien remplaçant. Les mots fusent, petite bousculade intimidante, mais rien de bien méchant. Et là incompréhension…

Jamais Leca n’est allé vers la tribune sud (ni même fait mine) pour haranguer les Niçois. Si ces derniers pensent que le drapeau corse est une provocation, que pensent-ils des tatouages brandis par leur idole, Bosetti, lorsque celui-ci marque contre Marseille (il s’était dirigé vers une tribune marseillaise après son but pour montrer ses tatouages à l’effigie d’un groupe ultra dissout depuis 2010)? N’était-ce pas là une vraie provocation? Pourtant, il n’y a pas eu d’incidents comme ce samedi…

D’ailleurs, du côté des politiques on peut soigneusement comparer la dérive populiste de cette affaire. Le maire de Nice, très actif sur les réseaux sociaux,  protège son « clan » : quand Bosetti provoque, c’est un sentiment d’appartenance, lorsque c’est Leca, il faut des sanctions…

    Je condamne toutes formes de violences. Néanmoins, je demande que le membre du club de Bastia provocateur soit sanctionné #OGCNSCB

— Christian Estrosi (@cestrosi) 18 Octobre 2014

Pourtant :

    Sanction infligée à @AlexyBosetti est une injustice. Témoigner fierté d’appartenance à #Nice06 lors d’un but n’est pas une provocation.

— Christian Estrosi (@cestrosi) 5 février 2014

 

Si Leca a brandi fièrement ce drapeau, c’est pour ces trois raisons :

  • il est fier d’être Corse et ne l’a jamais caché;
  • le club est un symbole fort de la Corse, il la représente. Quand Bastia gagne c’est la Corse entière qui gagne (c’est d’ailleurs le nom du projet de développement sur 5 ans du club nommé « A Corsica Vince »);
  • pour enfoncer une dernière fois le clou de la mesure ahurissante, accablante et complètement illégale d’interdire le symbole d’un peuple entier sur le territoire français.

Ce que je n’arrive pas à comprendre, c’est que même si ce geste eut été une provocation (et il est jugé comme tel depuis samedi), ce n’est pas celui-ci qui est condamnable ! Non : on ne peut pas se plaindre d’une provocation une fois qu’on y a cédé !

La provocation est un élément omniprésent dans le foot et plus généralement dans le sport. Prenons en exemple, le cas récent de Kurzawa : à la suite de son but qui qualifie mathématiquement l’équipe de France U21 à l’Euro 2015, il chambre les Suédois. Sauf qu’il restait 5 min de jeu… Quelle est leur réaction ? Aller taper ce jeune joueur qui a fait preuve de peu de retenue ? Non ! Touchés dans leur orgueil, ils réagissent de la meilleure des manières et éliminent la France. Puis à leur tour, ils charrient ! Y a-t-il bagarre pour autant ? NON ! Et pourtant, ces jeunes Français manquent clairement de maturité…

Autre exemple, le cas Zidane en finale de la Coupe du Monde 2006. Qui a été logiquement exclu ? Celui qui avait commis un acte inadmissible, telle l’agression des joueurs bastiais ce samedi… Elle mérite une sanction sévère ! Nous, supporters du Sporting, avons été lourdement sanctionnés, surtout depuis notre retour parmi l’élite, et je ne souhaite à personne de subir des mesures limitant notre droit d’aller et venir, de pouvoir supporter son équipe, même à mon pire ennemi… Mais force est de constater qu’il y a eu de nombreuses erreurs émanant du service de sécurité et donc du club hôte…

Deux points pour terminer ma tirade. Tout d’abord, je voudrais adresser une mention spéciale à Modesto, Romaric et Squilacci qui sont restés sur le terrain pour se défendre face aux supporters niçois, mais aussi face à certains membres de la sécurité qui ont fait l’inverse de leur métier, à savoir frapper des joueurs au lieu de les protéger (cf. 00:30 à 00:40 de la vidéo citée ci-dessus), pour moi cela mérite un licenciement pour faute lourde. Et comme l’atteste la photo de Nice Matin, où l’on voit clairement que l’homme qui a frappé Romaric dans la vidéo porte un T-Shirt faisant mention de « Groupe Hexagone Sécurité » chargé de la sécurité ce soir là.

bagarre-nice-bastia

 

Enfin, je terminerai par l’ultra Bosetti tout penaud quand Leca lui demande s’il veut sortir pour régler ça dehors… Avant que le courage d’Alexy ne ressurgisse – lorsque Leca est à 15m – en sortant un « tu es le remplaçant du remplaçant »… Un exemple de courage à inculquer dans tous les parcages de France (oui oui je suis ironique !!!).

Source: Fabien sur TLM S'En Foot

Vous pourriez aimer...

Fil Info