Retrouvez la réaction de Michel Moretti en conférence de presse après la défaite contre Amiens (1-2) ce soir, lors de la 36e journée de Ligue 2. Après une première mi-temps complètement raté (0-2) et une expulsion de Roncaglia (55e), Bastia a réduit le score grâce à Bianchini (70e) et aurait pu égaliser en fin de match. Un résultat et une prestation encore décevante, qui rappelle celle à Annecy (défaite 3-2) la semaine dernière.

Michel Moretti

"On fait une première mi-temps, même si par moment on a l'impression de maîtriser le ballon, qui est trop molle dans nos intentions, on n'est pas incisif. C'était l'inverse du discours qu'on a eu toute la semaine et qu'on a eu aujourd'hui. Malheureusement, encore une fois, on attend d'être au bord du précipice pour réagir et pour montrer peut-être le meilleur visage du Sporting ce soir. Donc c'est dommage.

Les joueurs en roue libre ? Je ne sais pas, si on était en roue libre, est-ce qu'il y aurait eu les deux réactions qu'on a eues en seconde mi-temps à Annecy et ce soir. Je ne pense pas. Peut-être que ce qu'on a fait sur les 5 derniers matchs était quelque chose de très grand, et cette inconstance nous rattrape. J'ai envie de dire au bon moment parce que heureusement on est sauvé, ça nous aurait porté préjudice sur cette fin de saison.

En tant que compétiteurs, on ne peut pas se contenter de ça (maintien acquis grâce au match nul de Troyes, ndlr). J'aurais aimé qu'on aille le chercher nous-même, avec au moins un point pour le valider. Malheureusement on n'y est pas arrivé et c'est une grosse déception. Il va falloir au moins le week-end pour la digérer.

Il y a deux hypothèses, c'est soit la théorie de l'insuffisance, soit à un moment donné on a un constat : on est un peu limité et on a dû se battre toute la saison pour le maintien, qu'on a obtenu. Mais aujourd'hui, force est de constater qu'en termes d'individualités et d'équipe, Amiens est supérieur à nous. Il faut savoir le dire. Avec l'énergie et le combat, on peut revenir mais c'est trop peu. Se cacher derrière ça, que ce soit Annecy ou ce soir. L'essentiel est fait. Mais je ne compte pas finir sur deux mauvaises notes sur les deux prochains matchs, parce que ce soir j'en ai gros sur la patate.

C'est quand on maîtrise le jeu qu'on est le plus en danger, c'est ça qui est frustrant. On met des choses en place, sur les sorties de balle on leur fait mal quand on arrive dans leurs 30 derniers mètres. Après il ne se passe pas grand-chose. En seconde mi-temps, où on est un peu plus bas et qu'on subit, c'est peut-être là où on a le plus d'occasions franches et nettes de but. On est le plus incisif, c'est ça qui est extrêmement frustrant. On prend ce but en première mi-temps, dans la période où on a l'impression d'être le mieux dans le match.

Je ne regrette pas (d'avoir laissé au repos Vincent, Tavares et Bohnert), parce qu'ils traînaient des petites blessures ou des bobos depuis un moment. Pour finir du mieux possible, il faut qu'ils jouent les deux derniers matchs. Et c'était le moment de le faire parce qu'on avait fait cette série avant et qu'on avait tiré dessus.

Il y a une fin de saison à penser et un championnat futur à préparer, il ne faut pas faire n'importe quoi avec les gars. J'espère les récupérer pour Pau parce qu'on en aura besoin.

Je regrette l'expulsion d'Anthony Roncaglia. Les cartons jaunes ce n'est pas quelque chose qui me choque. J'aurais préféré les prendre en première mi-temps et imposer ce rythme et cette agressivité positive de suite. On aurait amené le public, je pense que le match aurait été complètement différent. Malheureusement on le fait trop tard comme à notre habitude, comme trop souvent."