Dimitri Liénard évoque dans les Dernières Nouvelles d'Alsace les raisons de son départ du Sporting Club de Bastia, qui avait été officialisé le 16 novembre. L'ancien milieu bastiais est resté quatre mois au SCB, avec un bilan de deux buts et quatre passes décisives.

Dimitri Liénard

"Je n’ai pas besoin, ni envie de laver mon linge sale sur la place publique. Disons qu’il y a eu un trop-plein de beaucoup de choses. Le constat, c’est que ça n’a pas marché, ni matché. C’est comme ça. Par respect pour le Sporting, je n’en dirai pas plus. Au moment de la séparation, le club et le coach se sont bien comportés. Le président Claude Ferrandi est une bonne personne. Il s’est montré grand seigneur."

"Je n’ai jamais su tricher. Je ne vais pas commencer à 35 ans. Ça faisait trois semaines que j’allais à l’entraînement à contrecœur, en n’étant pas heureux."

"On m’a parfois reproché d’avoir régulièrement fait référence à mon expérience au Racing. Mais j’y ai passé dix ans, ce n’est pas rien. Rester si longtemps dans un club est à la fois un avantage et un inconvénient, parce que vous savez ce qui vous convient et ce qui ne vous convient pas. Et puis, c’est un peu comme une femme avec laquelle vous avez tout partagé pendant trente ans : si, par malheur, vous divorcez, vous ne pouvez pas l’oublier du jour au lendemain."

 

Dimitri Liénard annonce avoir résilié son contrat en faisant une croix sur deux ans et demi de salaire.

"J’ai dit au président : "Dans l’absolu, vous me devez beaucoup d’argent. Mais je ne vous demande rien, sauf que me soient payés le mois entamé et les primes des matches que j’ai joués."" 

 

A bientôt 36 ans, Dimitri Liénard espère trouver un nouveau challenge en tant que joueur.

"J’espère trouver un club intéressant qui correspondra mieux à mes attentes et ma personnalité. J’ai quelques touches. On verra bien. Mais ce qui est sûr, c’est que j’ai envie de continuer à jouer. J’en ai encore sous le capot. Je suis toujours footballeur."